Les jeunes et la prédication

Par Gabriel Monet

Qu’est-ce que les jeunes pensent et attendent de la prédication ? Pour répondre à cette question, j’ai eu le plaisir de piloter une enquête au cours de l’année 2009 auprès de 347 jeunes de 15 à 35 ans. Je viens de finir la rédaction d’un article qui présente cette enquête et en fait l’analyse avant de conclure en synthétisant les défis proposés par les jeunes à tous les prédicateurs. Cet article est consultable sur ce blog en cliquant ici, ou dans la section articles. Voici néanmoins quelques éléments que cette enquête met en évidence en guise de mise en bouche.

objectifs-dune-predicationParmi les jeunes, une grande majorité penche pour une prédication existentielle puisque 53 % des répondants pensent que l’objectif d’une prédiction est un encouragement à « être », plus qu’un encouragement à « penser » (30 %) ou à « faire » (17%). En d’autres termes, peu sont ceux qui apprécient qu’on leur dicte un comportement, mais au contraire, une sensibilité apparaît exprimant le désir d’être stimulé à réfléchir sur des questions d’identité.

caracteristiques-dune-bonne-predicationInvités à choisir la caractéristique la plus importante d’une bonne prédication, les deux réponses qui arrivent en tête concernent clairement la dimension relationnelle et spirituelle de la foi. Une bonne prédication est d’abord une prédication qui « met en relation avec Dieu » (26,5 %) et qui « touche le cœur » (25,9 %).

Sur les prédications qu’ils entendent, de manière globale, ils les trouvent plus « intéressantes » qu’ « ennuyeuses » ; plus souvent « profondes » que « superficielles » ; très légèrement plus « intellectuelles » que « pratiques » mais également assez nettement plus « concrètes » qu’ « irréalistes » ; légèrement plus « traditionnelles » qu’ « originales » ; assez « bien illustrées » plutôt que « pas illustrées ».

A la question de savoir si par une prédication les jeunes ont le sentiment que Dieu leur transmet un message, les réponses sont mesurées. Il y a manifestement quelque chose qui se passe au travers de la prédication puisque seuls 2 % d’entre eux n’y discernent « jamais »  un message venant de Dieu. D’un autre côté, ils ne sont que 16,3 % à répondre « toujours ». Une forte majorité a donc le sentiment que par une prédication, Dieu leur transmet « souvent » (42,6 %) ou « parfois » (39,1 %) un message.

personne-qui-precheConcernant le style de celui ou celle qui prêche, il y a un plébiscite pour ceux et celles qui prêchent de manière « naturelle » (43,1 %) ou plus encore « passionnée » (47,7 %). Il est donc nettement moins important que la personne qui prêche soit « sérieuse » (2,8 %),  « solennelle » (2,1 %) ou « posée » (4,2 %).

A propos de la durée idéale d’une prédication, les jeunes sont prêts à écouter des prédications plutôt longues puisque la durée moyenne idéale est d’un peu plus de 27 minutes. La grande majorité (72,5 %) émet le désir d’une prédication qui dure entre 20 et 30 minutes. Ils ne sont donc que 6,1 % à désirer des prédications de moins de vingt minutes. On pourrait presque dire qu’ils en « veulent pour leur argent », ou plutôt « pour leur présence ». Le défi n’est donc pas tant une question de durée que de pertinence, de capacité à rendre captivante la Parole de Dieu et finalement à faire émerger une idée force, une pensée centrale.

Pour découvrir l’ensemble des réponses et lire l’intégralité de l’analyse de cette enquête, accédez à l’article « Les jeunes et la prédication ».