Prédication et PowerPoint

Par Gabriel Monet

L’usage d’un diaporama pour soutenir une prédication est de plus en plus fréquent, que ce soit avec PowerPoint ou n’importe quel logiciel du même type. De nombreuses Eglises sont équipées de vidéoprojecteurs et d’écrans, et si les projections des chants sont très répandues, de nombreux prédicateurs n’hésitent pas à utiliser cet outil pour être à la page, et projeter textes bibliques, plans de prédication, citations, résumés, ou encore images et vidéos. Or, l’usage d’un diaporama n’est pas sans incidence sur la manière de prêcher, sur sa préparation, et sur son rendu. Quel est l’impact d’une telle pratique ? Cela n’apporte-t-il que des avantages, ou cela génère-t-il certains inconvénients ? Et finalement quels sont les enjeux de l’usage du PowerPoint dans l’art de prêcher ? Je vais essayer de répondre à ces questions avant de conclure en partageant quelques critères qui me paraissent importants à prendre en compte afin que si usage est fait d’un montage PowerPoint, cela soit le plus effectif possible.

Les avantages de l’usage d’un diaporama en prédication
Un des avantages d’un montage PowerPoint en prédication est indéniablement le fait que cela peut être un soutien visuel qui vient renforcer le message du prédicateur. Il peut être soit un complément de ce qui est dit, soit une synthèse, soit une illustration, soit résumer la pensée partagée. Quand le diaporama est bien fait cela apporte un plus permettant un embellissement du message. Le fait d’utiliser un diaporama ouvre des potentialités d’illustrations assez inouïes. De plus, cela peut aider à faire apparaître le plan du sermon et ainsi permettre de savoir où on en est dans le message. Selon les sujets ou textes bibliques utilisés pour prêcher, il est parfois très intéressant de pouvoir projeter le texte de l’Ecriture, et mettre en évidence certains aspects, une structure, faire ressortir des mots-clés… pour faciliter l’analyse et avoir une référence et une traduction communes. Enfin, on peut encore mentionner que l’usage d’un montage PowerPoint peut aider à la mémorisation de la prédication puisqu’on retient mieux ce que l’on voit que ce que l’ont entend, et encore plus ce que l’on voit et que l’on entend.

Les inconvénients de l’usage d’un diaporama en prédication
Ceci étant, malgré les avantages qui peuvent exister, l’usage d’un montage PowerPoint en prédication génère aussi plusieurs inconvénients. D’un point du vue communicationnel, inviter les auditeurs à porter leurs regards sur un écran a pour conséquence de les inviter à se détourner par là même de celui ou celle qui parle. C’est donc perdre une part d’attention, au bénéfice certes de quelque chose qui va avec la prédication mais tout de même, le contact entre prédicateur et auditoire perd en intensité. Il arrive d’ailleurs que l’orateur doive se tourner pour regarder l’écran ce qui accentue encore la coupure de relation. Par ailleurs, le fait d’utiliser un diaporama contribue très souvent à donner le style d’une conférence à la prédication. Est-ce ce que l’on veut en prêchant ? Un autre inconvénient est le fait que l’utilisation d’un montage PowerPoint rend beaucoup plus difficile la possibilité de s’adapter aux circonstances et aux réactions des auditeurs, d’éliminer une partie, de rajouter, de raccourcir, de changer. Pour prendre une image, on pourrait dire qu’en utilisant un diaporama en prédication, on prend une autoroute : une fois engagé, on est lié à la sortie prévue, et on perd donc une part de liberté d’adaptation. On peut encore mentionner les éventuels problèmes techniques qui peuvent arriver (problèmes de synchronisation, coupure d’électricité, connexion…). Il faut aussi prendre en compte la gestion du défilement du diaporama ? Est-ce le prédicateur, avec son ordinateur sur la chaire ou avec une télécommande, quelqu’un d’une équipe technique avec la difficulté de savoir quand passer d’une diapo à une autre ? On peut enfin signaler l’impact sur le temps de préparation. Cela prend déjà un temps non négligeable de préparer correctement une prédication ; en cas d’usage d’un montage PowerPoint, il faut ajouter le temps nécessaire à son élaboration.

Quelques enjeux autour de la prédication avec diaporama
Un des enjeux liés à l’utilisation d’un montage PowerPoint concerne la redondance entre ce qui est dit et ce qui est projeté. Est-il judicieux d’afficher du texte, des mots-clés, un résumé de ce qui est dit, un complément, des citations ? En cas de projection d’un abrégé de ce qui est dit, n’affiche-t-on que des titres au risque de trop simplifier la pensée, ou du texte intégral au point donc de détourner l’attention ? Il me semble qu’en général, l’idéal serait d’afficher le plan de la prédication au fur et à mesure, mais sans plus afin de ne pas être redondant. On pourra bien entendu utiliser plus ponctuellement le PowerPoint pour des illustrations, que ce soit avec des images, des photos, des schémas, des vidéos… En ce qui concerne les images, leur projection peut avoir un effet puissant et efficace, mais en même temps, n’est-il pas parfois fécond de remplacer l’image par l’imaginaire ; c’est-à-dire, qu’avec des mots on peut inviter les auditeurs à imaginer une situation ou un lieu. Sinon, la question se pose aussi en ce qui concerne la projection des textes bibliques. Le fait de les projeter les met en valeur et permet d’avoir une traduction commune à tous. Ceci étant, il n’y a plus le contact physique avec la Bible qui peut avoir un certain intérêt pédagogique en favorisant sa manipulation par le lecteur. Enfin un autre enjeu lié aux questions de l’usage d’images, d’extraits vidéo, de musiques et autres éléments projetés concerne les droits d’auteurs. En effet, il importe de veiller à ce que ce qui est projeté soit conforme aux lois en vigueur.

Critères pour la mise en œuvre de diaporamas en prédication
Je conclus en proposant deux critères afin de préparer et d’utiliser au mieux un diaporama en homilétique. Tout d’abord, il importe de donner sa juste place au diaporama. L’objectif d’une projection est de soutenir le contenu du message. Trop souvent aujourd’hui, le moyen de communication devient une fin en soi. Ainsi, ce n’est pas l’habit, le style, la richesse du vocabulaire du prédicateur que l’on devrait retenir prioritairement en entendant une prédication, tout ceci et plus encore étant au service d’un message. En effet, ces éléments de forme devraient servir le fond. De la même manière, un montage PowerPoint gagnera donc à être véritablement au service du fond du message que le prédicateur souhaite transmettre.

Un autre critère me semble être la recherche de l’excellence. Utiliser un montage PowerPoint en prêchant, pourquoi pas. Mais celui-ci doit être beau, propre, sans faute. Le risque existe qu’il soit fait à la va-vite, sans goût, en laissant passer des fautes d’orthographe que ne manqueront pas de relever certains auditeurs, suscitant par là même une diversion. Certes, l’esthétique est subjective, et on ne discute pas les goûts et les couleurs, mais un minimum de beauté et de qualité me semble être un pré-requis pour prêcher avec un diaporama.

Alors pour finir, PowerPoint ou pas en prêchant ? Libre à chacun bien entendu, en fonction de l’auditoire, du sujet et de l’approche voulue pour prêcher. Mais s’il est important d’être à la page et d’envisager toutes les options qui peuvent contribuer à valoriser le message, PowerPoint est loin d’être la panacée universelle. On pourra donc peser les avantages et les inconvénients en fonction de la situation, et en cas d’usage veiller à l’utiliser à bon escient, pour valoriser le fond du message, avec sobriété, esthétique, et pertinence.