Clin d’oeil depuis Atlanta (7)

Par Gabriel Monet

Septième et dernier clin d’oeil homilétique glané en écoutant des prédications à l’occasion de la Conférence Générale des Eglises adventistes à Atlanta.

La prédication, le pain de vie qui nourrit

Après quelques 11 jours et plus d’une vingtaine de prédications, j’essaye de me remémorer tout ce que j’ai entendu. Et j’avoue ne pas y arriver. Il faut bien dire que même si c’était très intense avec au moins deux prédications par jour, n’en est-il pas de même avec les prédications entendues chaque semaine en Eglise ? A cette constatation, deux remarques me viennent qui concluront ces clins d’yeux homilétiques depuis Atlanta. La première, c’est qu’il n’est pas inutile pour un prédicateur de permettre aux auditeurs de s’accrocher à une idée force, une image, une histoire, ou un autre élément qui permet d’ancrer le message et de le mémoriser. En repensant aux quelques 23 prédications écoutées à Atlanta, ce dont je me souviens est précisément associé à un mot ou une idée clé, une histoire ou une image. Mais au-delà de l’utilité de se rappeler de tout ce qu’on a entendu, et c’est ma deuxième remarque, la prédication n’est-elle pas comme nos repas quotidiens. On ne se souvient pas de tout ce qui était aux menus de l’ensemble de nos repas de ces dernières semaines. Et pourtant, nous avons pu apprécier chacun d’entre eux, et aucun n’a été inutile pour notre santé. Par la prédication quotidienne, ou hebdomadaire, nous sommes nourris. Et même si nous ne souvenons pas du goût particulier de chaque morceau de ce pain de vie partagé, l’essentiel est que chacun d’entre eux nous ait nourri spirituellement et contribué à notre croissance en Christ.