Clin d’oeil depuis Atlanta (1)

Par Gabriel Monet

Je suis actuellement à Atlanta à l’occasion de la Conférence Générale des Eglises Adventistes du 7e jour qui a lieu du 23 juin au 3 juillet 2010. Ce grand rassemblement quinquennal rassemble des délégués du monde entier pour faire des bilans, décider des grandes orientations pour  l’avenir et nommer les responsables. Le dernier week-end, plus de 60 000 personnes sont attendues dans le Georgia Dôme, lieu de la rencontre. C’est donc aussi un grand rassemblement spirituel et festif qui donne donc l’occasion d’écouter de nombreuses prédications. Je profite donc de l’événement pour alimenter ce blog de quelques clins d’yeux homilétiques glanés ici et là en tant qu’auditeur au bénéfice des messages partagés mais aussi en tant qu’observateur attentif de la variété des approches de la prédication. Je ne me livrerai pas ici à une analyse détaillée de toutes les prédications, mais je me contenterai de relever un élément qui m’a paru significatif et modélisant dans l’une au l’autre des prédications entendues.

Du bon usage de l’actualité

Ce 23 juin, Carlton Byrd, pasteur à Atlanta, était chargé de prêcher autour du thème « Vivre dans la puissance du Saint-Esprit ». Dès son introduction, il nous introduit dans une illustration tirée de l’actualité : la fuite incessante de pétrole dans le Golfe du Mexique suite à l’explosion de la plateforme de British Petroleum. Cette information qui fait la une de tous les journaux depuis plus de deux mois va devenir un fil conducteur et une référence récurrente alors qu’il va prêcher autour d’Actes 1 et 2 et la manière dont l’Esprit s’est répandu en abondance pour les apôtres. Utilisant à bon escient l’outil rhétorique de la répétition, il va comme un refrain exhorter à plusieurs reprises les auditeurs à laisser le pétrole s’écouler en abondance. Il est vrai que le mot utilisé en anglais pour pétrole est « oil » (huile) et que le parallèle avec le Saint-Esprit parait tout de suite plus évident ! Tout en étant ancré dans le texte biblique, il fera ensuite plusieurs comparaisons entre ce qui se passe dans le Golfe du Mexique et la manière dont le Saint-Esprit se manifeste dans l’Eglise. A la suite de Karl Barth, on évoque souvent l’importance de prêcher avec la Bible dans une main et le journal dans l’autre. Carlton Byrd nous a donné un excellent exemple de la manière dont l’actualité peut fournir un point d’accroche et une référence marquante pour sceller une vérité biblique.