Une grille d’analyse homilétique

Par Gabriel Monet

Peut-on évaluer une prédication ? Répondre à cette question est délicat. En effet, l’effet d’une prédication dépend de tellement de facteurs, que pouvoir porter un avis qui soit objectif est probablement une gageure. Il y a parfois des prédications que certains trouveront médiocres et qui pourtant auront permis à une frange de l’auditoire de faire une découverte biblique enrichissante, d’être exhorté à un engagement spirituel, d’être encouragé ou de sentir le dialogue s’établir avec Dieu. Certains ont dit que Dieu écrit droit avec des lignes courbes. J’aurais envie de rajouter : Dieu parle juste avec des mots imparfaits. A l’inverse, certaines prédications qui pourraient répondre à toutes les caractéristiques d’une bonne prédication laisseront certains indifférents. Il n’empêche, la définition de certains critères me semble utile pour analyser une prédication. Ces critères peuvent être utilisés pour analyser sa propre prédication, ou dans des échanges collectifs à des fins de formation et de progression. Voici donc ci-dessous une grille d’analyse homilétique. Elle se présente sous la forme d’une liste de questions auxquelles on peut répondre après l’écoute d’une prédication. Ces questions sont réparties en quatre sections : l’impression générale, l’interprétation biblique et théologique, la structure et le style. Ce n’est pas ici la première version de ma grille d’analyse, et ce n’est certainement pas la dernière. Je pense en effet qu’une telle grille n’est pas figée et peut évoluer en fonction des découvertes, des attentes qui évoluent, de la maturité, des contextes… Cette grille, je ne l’ai pas construite à partir de rien, mais je suis bien sûr redevable de nombreuses sources diverses et variées qui ont alimenté ma réflexion. Si vous le souhaitez, utilisez cette grille comme bon vous semblera, transformez-la et personnalisez-là et enrichissez-la par vos commentaires sur ce blog. En tous cas, je peux témoigner que prendre un peu de temps (seul ou en groupe) après avoir prêché pour réfléchir, discuter et analyser ce qui a été dit et comment cela a été dit, est quelque chose de très formateur et très enrichissant.

Impression générale
- Est-ce que la prédication a commencé de façon à ce que les auditeurs se sentent concernés ? Etait-elle réaliste, reliée à la vie ?
- A-t-on pu discerner un enjeu ou une question ?
- La prédication vous a-t-elle dynamisé spirituellement ? Y avait-il de la vie dans cette prédication ?
- Avez-vous pu discerner l’authenticité du prédicateur ?
- La prédication a-t-elle ouvert à un chemin d’engagement ?

Interprétation biblique et théologique
- La prédication était-elle biblique ? Le prédicateur a-t-il été fidèle au texte dans son contexte et son intention ?
- La pensée théologique sous-jacente était-elle juste et cohérente ?
- L’Evangile était-il présent dans la prédication, ou bien celle-ci se réduisait-elle à des idées ou à de la morale ? La prédication était-elle christocentrique ?
- Les concepts théologiques, les idées clés, les textes bibliques cités, étaient-ils suffisamment clairs et expliqués afin d’être compréhensibles par le plus grand nombre (y compris par exemple des jeunes ou des visiteurs) ?

 Structure
- L’introduction vous a-t-elle donné envie d’écouter la suite ?
- La prédication contenait-elle une trame discernable, un fil conducteur, un plan maintenu jusqu’au bout ?
- La durée était-elle adaptée ?
- Y-avait-il une variété d’éléments dans la prédication de manière à impliquer les auditeurs ?  La prédication était-elle illustrée, et bien illustrée ?
- La conclusion a-t-elle répondu à la question clé du sermon ?

Langage et style
- Le prédicateur a-t-il réussi à captiver son auditoire ? Le langage et le vocabulaire étaient-ils adaptés ?
- L’attitude du prédicateur a-t-elle servi le message (apparence personnelle, attitude physique, communication non verbale,  etc.) ? Le prédicateur vous a-t-il donné l’impression de parler ou de lire ?
- La voix du prédicateur servait-elle le message (rythme,  volume, timbre, tonalité, modulation, souffle, articulation) ?
- Avez-vous remarqué des parasites, des expressions incorrectes, un abus de termes techniques, des tics, des redondances, des phrases très longues, etc.
- Le prédicateur communiquait-il vraiment avec l’assemblée ?